Dans quelques heures le week-end sonnera... Et je sais qu'il va passer bien trop vite.
Week-end speed, comme bien trop souvent ces derniers temps.

Ce soir, à peine rentré, il va falloir aller faire les courses, puis préparer nos chambres à être vidées pour passer les 2 prochains jours à y poser du parquet.
Alors pas moi tout seul hein, pour rappel je ne sais pas comment il faut tenir un tournevis... Alors poser du parquet, c'est au delà de mes rêves les plus fous !
Non, pour faire ça, ce sera avec un "ex" membre de ma famille, ex car il est maintenant divorcé. Mais bon, ça on s'en fout.

Donc ouais. A peine posé ce soir (en sachant que putain ce we je l'attends) il faudra repartir pour faire les courses. Puis se poser le temps d'une soirée devant DALS (avec une petite bière histoire de), et demain pouf, à 9h ils arrivent.
Vidage de la chambre (démontage du bureau et du canapé), et c'est parti.
Ils pensent faire les 30m² en une journée, incluant les murs de la future chambre de bébé qu'il va falloir repeindre.
Je pense qu'il faudra 2 jours. Will see.

Ce we, c'est de chez nous que viendront les bruits de travaux.
On pourra concurrencer avec ma voisine du dessus.
Elle m'insupporte de plus en plus. L'histoire du dégât des eaux a fini par avancer. Suite à la recherche destructrice (qui a couté un trou dans son plancher/mon plafond), qui a attesté que ça ne venait pas des tuyaux de la copropriété mais bien de chez elle, elle s'est remise à chercher de son côté. Pas via "une recherche de fuites que rembourse les assurances" hein, ben non... il y en avait déjà 3 à son compteur, et une seule de prise en charge par son assurance... Non, par "monsieur papa le bricoleur" qui l'a trouvé, et qui l'a (je l'espère) réparé. En tout cas, ça ne coule plus.
Parce que "monsieur papa", c'est le roi du bricolage, et il adore venir bricoler chez sa fille. Pas que son appart tombe en ruine hein, vu qu'il l'a refait en intégralité en rentrant il y a 3/4 ans... Alors que fait il ? Je ne sais pas vraiment.
Mercredi, de l'eau a coulé à travers le trou qui sépare nos 2 appartements. On s'est dit "putain c'est reparti... ". Ma copine est devenue folle d'agacement et de rage... Je suis monté, interrompant avec précipitation mon séjour sur le trône. Après avoir sonné, j'entends la mère dire "on a sonné". Ben ouais, ben ouvre moi !
L'eau était en fait un accident... Ils étaient en train de bricoler la baignoire, et la fille a eu la bonne idée de remettre en route le circuit d'eau, ce qui a provoqué les grandes eaux de versailles, jusqu'à couler chez nous... Bien entendu. "Et sinon, vous avez des nouvelles du syndic pour notre trou ? "
Le fameux trou que le syndic a fait creuser pour être sûr que ça ne venait pas de l'immeuble... Le syndic ne donnera pas de news, car c'est à nos assurances qu'il faut maintenant s'adresser. Et non, le syndic n'a pas que nos mails à traiter. Putain de connard de syndic qui a réussi à nous monter les uns contre les autres...
"Monsieur papa bricoleur" était là, et c'est lui qui a avoué, en s'excusant presque que c'était lui qui avait réparé la fuite, qui était un simple joint qui n'était visiblement pas assez serré.
Et puis ce même monsieur papa a mis des coups de marteau le lendemain, vers 8h10. Par petits à coups, toutes les 20 minutes. Ce matin c'était la perceuse à percussions.
MAIS PUTAIN, C'EST QUOI CE DÉLIRE DE PASSER SA VIE A FAIRE DES TRAVAUX ?

Je l'imagine, le matin, trépignant d'impatience... "ça y est ? je peux faire un trou ? je peux donner un coup de marteau ? "
PUTAIN MAIS FERME TA GUEULE ! PROFITE DE TA RETRAITE DANS LE SUD !

Mes parents n'ont jamais été bricoleurs, et il a fallu que j'arrive dans ma vie d'adulte et dans mon indépendance (comprenez un microscopique appartement parisien) pour entendre le bruit des travaux. Après, est ce que je m'imagine, à 36 ans faire débarquer mes parents pour m'aider à faire des travaux ? Je ne sais pas. Et non, "l'ex mari de ma cousine", ça ne compte pas, vu que c'est un peu "l'homme bricoleur de la famille".
Je ne vais pas le cacher, j'ai du mal avec ce concept d'enfant couvé et donc que ça soit ses parents qui soient là en permanence... J'ai du mal avec les parents "fusionnels", qui sont là trop souvent selon moi, même si je bien admettre que je ne suis pas sûr à 100% qu'elle kiffe leur présence autant qu'ils semblent apprécier être auprès d'elle.
Bon ils sont quand même partis en vacances en Turquie ensemble (ouais, je stalke pas mal au bureau)... à 37 ans faire un voyage comme ça... Je sais pas, ça me dépasse.
Certes, elle est un peu vieille fille qui galère à trouver le bon mec, mais bon.

Pourvu qu'on réussisse à avoir 2 enfants... Pour avoir encore moins de temps, histoire d'éviter le syndrome de l'enfant unique...
Et pourvu qu'ils ne galèrent pas à se mettre en couple...

Lundi, on repartira pour une semaine de 5 jours travaillés, contrairement à la semaine passée qui n'en comptait pour ma part que 2. Avec un concert de QOTSA en prime mardi soir \m/

Mais dès lundi, je devrais faire face à la continuité des problèmes que j'affronte depuis jeudi... Je ne vais pas rentrer dans le détail, mais en gros j'ai l'impression de faire un perpétuel "Live Escape Game" avec un logiciel que je dois "découvrir". Et ça me gave parce que c'est genre pas du tout mon coeur de métier. Cette impression de ne pas avancer, alors que chaque petite découverte est un micro pas en avant... Mais étant seul sur le sujet, je galère, et me démotive vite. Trop vite.
Chaque jour je me demande, si l'oisiveté (+5 points pour avoir caler ce mot) de ma mission du moment ne va pas finir par avoir ma peau.
Ma "tranquillité" pour pouvoir écrire mes livres, faire ma promo, jouer à Grepolis ou à SWHOG... Mais à quel prix... Le prix de 20/25 min de scooter le matin et le soir, un self pas trop dégueu, une équipe sympa, pas trop regardant sur les horaires, une pause jeu vidéo entre midi et deux et un chef aussi accroc que moi aux jeux smartphones chronophages... Le tout pour passer la fin de grossesse de ma copine à peu près tranquille...

Je ne sais pas, je cogite.
37 ans que je cogite. Je suis fatigué de cogiter.

La semaine dernière, j'ai vu une nana de mon taf (inconnue au bataillon) marcher (de dos) devant moi dans une belle jupe porte-feuille. Comme il fallait s'y attendre, cette question "bas ou collants" a ricoché en moi. Et rapidement, j'ai pu deviner, dans la fente du bas de sa robe que la réponse était "des bas noirs".
ça a fait ma journée, et m'a fait oublier le reste de ma vie pleine de cogitations.
Même si je me suis demandé si en faisant ça, je devais me considérer comme étant un des "porcs" qu'on balance pas mal ces derniers temps.
(et pourtant je vois déjà une psy...)