J'avais une vision bien particulière de Facebook que je rappelais souvent sur mon précédent blog. 

Dans les grandes lignes, pour moi FB étai,t est et restera le "réseau social" dans lequel tu publies tes états d'humeur du moment, genre "pas la pêche ce matin" ou autre "hey, la vie est belle au bord de ma piscine dans une île paradisiaque". 
ça énerve mais c'est ça "selon moi" son objectif premier. 
C'était un peu la transformation du "statut" qu'on mettait par le passé sur feu MSN Messenger. 
Mais avec le temps, FB est devenu un grand n'importe quoi, des pages et des pages de trolls "anti macron" (parce que maintenant on est au second tour) que personne ne lit, de publication d'articles de journaux (qui lorsque par miracle ne viennent pas du Gorafi on les a vu genre 212 fois), des photos "marrantes" où on se fout de la gueule de Nabilla ou de Ribery, des photos de chats mignons ou de paysages qui donnent juste envie de faire le tour du monde, et enfin c'est sans doute l'endroit où il y a plein d'études qui disent "il y a 5% de gens qui auront du courage de poster cette photo" (à chaque fois que je vois ça, j'ai envie de demander l'étude à la base de ce chiffre improbable, mais que tout le monde reposte parce qu'ils se sentent fier de faire partie de ces 5% qui ont eu un ami mort du sida, du cancer, d'un rhume ou tué par un dinosaure. 
Mais les gens parlent de moins en moins d'eux... Et ça me déprime. 
Soit c'est parce qu'ils m'ont mis dans les personnes avec des droits "restreints" (ou en gros, je ne vois pas leur publication "privées", 
Soit parce qu'ils considèrent que leur vie n'a rien d'intéressant (mais celle des autres qui suivent dans l'ombre, alors oui) 
Soit parce qu'ils ne voudraient surtout pas qu'on puisse avoir des nouvelles d'eux (ce qui est un peu "dans les grandes lignes" le principe de FB. 
Et puis, j'ai fini par me mettre à Twitter. 
Oh pas en tant que "personne alias moi donc", non en tant qu'auteur. 
Le but premier (honteusement non avoué d'ailleurs) étant d'élargir mon réseau de connaissance, et d'arrêter de polluer mes 200 amis FB (dont la moitié a dit qu'ils achèteraient le livre par curiosité, mais ne l'achèteront jamais) avec les infos sur mon livre. 
Donc en gros, je me suis créé un profil "d'auteur", et 99% de mes posts sont en rapport avec ça. 
 
Du coup, je me vois mal parler d'autre chose que de sujets en rapport avec ma vie "d'auteur". Genre, me plaindre parce que "ou la la journée de merde" et autre "RT pour gagner un sac de chez tatie" et je passe les hashtags ou les positions politiques.
D'ailleurs j'ai remarqué ça le soir du premier tour : 2 cas de figure : soit la "twittosphère" est pro Hamon à mort (ce qui me semble être le cas), soit la twittosphère est juste jamais contente du résultat (j'espère seulement que tous ceux qui se sont plaint en boucle dimanche ont été voter...). 
Parce que ce week-end, certes Le Pen était au second tour (c'est pas comme si c'était la surprise de ouf), mais pour rappel : Fillon n'y était pas (ça vous rend pas heurezu ? ) et bon, on avait encore une chance de ne pas sortir de l'Europe... 
Car je rappelle qu'il y avait quand même une possibilité pour avoir le choix entre une sortie de l'Europe ou une sortie de l'Europe hein... Mais si, avec le "pseudo républicain" qui ne dit pas pour qui il va voter au second tour (parce qu'il pensait sûrement y être, et qu'il est super mauvais joueur).
Je reviens à mon sujet. 
Dans un premier temps, je dois bien dire que l'objectif premier de Twitter a plutôt bien marché, et que j'ai réussi à contacter plusieurs blogs réalisant des chroniques, et ce pour qu'on parle de mon livre. Objectif atteint donc. 
Oui parce que Twitter c'est vicieux, parce que pour avoir une vie sur ce réseau social, il faut être follow. 
Et du coup, tu follow plein de monde (que tu connais pas et dont tu n'as concrètement rien à foutre) qui te follow back en retour la plupart du temps. 
Quand tu oublies de le faire, il y en a qui t'envoient un petit message "un follow back please ? " de quoi bien tuer l'aspect "réseau social", le transformant en "course au nombre de followers". 
En général, je ban direct ceux qui me demandent ça. 
J'ai également rapidement apprécié la possibilité de pouvoir "masquer" tout plein de twittos. 
En effet, je cherchais en tant qu'auteur uniquement à être en contact avec des gens qui chroniquaient, PAS avec des gens qui se plaignent de leur vie toute la journée ou qui disent "bonjour Twitter" ou "bonne nuit Twitter" ! 
Nan parce que ça, je m'en fous. Si si, je m'en fous vraiment. 
Je pense qu'à peu près 60 à 70% de ceux que je follow sont masqués. 
Mais c'est un peu comme les "contenu sponsorisés" qui apparaissent de temps en temps sur FaceBook (et qui me rendent putain de dingue, j'ai envie d'implorer FB pour avoir un site PAYANT pour pu avoir à masquer ces putains de pages), t'as beau les masquer, ils réapparaissent toujours un peu plus nombreux... 

Et puis un jour, j'ai lu ce tweet. 

Ce serait parano de croire qu'il m'était destiné, mais il m'a touché, car je me suis senti une fois de plus "escroc" (foutu syndrome de l'imposteur) : "Je crois que j'ai un problème avec les blogueurs qui ne bloguent/partagent sur les RS QUE pour avoir des abonnés et se "faire connaître""
J'ai "followé" cette gentille personne, qui ne m'a pas refollowé en retour. 
Bon j'ai un côté maso hein ^^.
J'avais envie de lui dire "oui, ben moi les gens qui pensent que d'autres gens qu'ils n'ont jamais vu et qui répondent à leur "Bonne journée" par un autre "bonne journée", me font vraiment de la peine. De même que les gens qui se disent bloggeurs mais twittent 10 fois plus qu'ils ne blogguent (parce qu'ils ont pas d'inspiration, pas le temps ou parce qu'ils sont dépressifs ou parfois pour toutes ces raisons).
Alors comment dire "Désolé, je blogge en tant qu'auteur, je suis pas là pour raconter ma vie, juste pour vendre mon livre ? "
Est ce que vous imaginez un intérêt à ce que Hollande ou Macron tweete "j'ai mangé une salade ce matin" ? 
Non, aucun. Ben voilà, c'est pareil. Sauf que moi j'aime pas la salade. 
Ou alors je pourrais me créer un autre compte "perso" dans lequel je pourrais raconter ma vie et troller en direct toutes les émissions ?? 
Et me dire qu'en faisant ça, j'aurais plein d'amis "virtuels" qui me comprendraient à chaque fois que je me plaindrais ? Ou parce que je passerais mes journées à leur dire "putain mais au lieu de te plaindre dans ta couette BOUGE TOI UN PEU BORDEL ! Accepte ton passé, ou travaille avec, conjugue ton présent, agrémente le pour que ton futur ne soit pas aussi moche et que tu publies des "la vie est belle" (que je masquerais sans doute de la même manière). 
Ah ah. Quelle putain de superficialité. 
Je dois être trop vieux pour ces conneries, ça doit être ça. 

twitter-ban